Montage des pneus

C’est afin de pallier différents problèmes (de consommation, de sécurité, etc.) que le montage d’un pneu n’est pas une opération à prendre à la légère. En effet, des critères essentiels de montage permettent d’assurer le bon entretien de votre véhicule et de préserver la sécurité des passagers dans toutes les circonstances.

Si une crevaison entraîne dans l’immédiat le montage d’une roue de secours, il convient souvent de faire réparer ou de remplacer le pneu incriminé. Dans le cas d’un remplacement, certains détails sont très importants à vérifier et à contrôler. Ainsi, le montage devra s’effectuer avec un pneu identique à son homologue sur un même essieu. Pour des raisons de sécurité, de consommation, de stabilité et autres, vous devrez vérifier les différentes dimensions, l’indice de charge, de vitesse mais également la structure et les sculptures : il s’agit généralement de remplacer votre pneu abîmé par le même modèle afin de disposer de performances similaires et d’une usure parallèle. Il est d’ailleurs souvent plus simple de changer les deux pneus.

Il est à noter, contrairement à une idée reçue, qu’afin d’augmenter la sécurité générale, il est souvent conseillé de faire un montage de pneus neufs à l’arrière : en effet, ils offriront ainsi une adhérence optimisée et donc un meilleur contrôle du véhicule.

Un bon montage d’un pneu passe également par de bons réglages qui amélioreront la sécurité, la conduite et la consommation. Ainsi, il vous sera toujours bénéfique de changer la valve de votre pneu ou, à défaut, d’en faire vérifier l’étanchéité. La valve est directement liée à la bonne pression d’air de votre pneu et lors du montage, cette dernière devra être correctement réglée : elle influe sur les risques d’éclatement, sur la consommation, sur la stabilité, l’adhérence ainsi que sur l’usure de votre pneumatique : des vérifications régulières sont à privilégier afin de préserver votre sécurité. D’une façon moins fréquente, il conviendra également de permuter vos pneus avant et arrière tous les 10 000 kilomètres environ afin d’en répartir l’usure et d’en allonger la durée de vie tout en préservant la sécurité.

Partager cet article :