5 conseils pour bien choisir son siège auto

29 novembre 2021

L’arrivée d’un bout de chou demande une certaine préparation… Et parmi la panoplie des équipements bébé indispensables, on trouve bien-sûr le siège auto enfant !

Forme, fixation, design, prix… La diversité des modèles peut donner le tournis, mais n’oublions pas l’objectif principal : la sécurité de l’enfant. Eurotyre fait le point, et vous donne 5 conseils pour bien choisir son siège auto enfant.

Comme la majorité des bébés, votre petit bout prendra sûrement la voiture dès la sortie de la maternité ! La réglementation officielle prévoit un équipement spécifique jusqu’aux 10 ans de l’enfant, qui évolue en fonction de l’âge et du poids.

Pieds d'un bébé installé dans un siège auto

1- Privilégier les sièges auto « dos à la route »

La position dos à la route est la plus sécure pour les jeunes enfants. Il est même recommandé de faire voyager ainsi son bébé le plus longtemps possible. C’est en effet le meilleur moyen de protéger la nuque et les cervicales de l’enfant en cas de choc.

Un enfant doit être installé dos à la route jusqu’à 15 mois minimum, voire 2 ans. Mais on recommande de plus en plus d’utiliser un siège auto bébé dos à la route jusqu’à 4 ans. En effet, c’est à cet âge que le cou d’un enfant est assez fort pour supporter un choc, lié à une collision. À 50 km/h, le risque d’avoir des lésions graves est 5 fois moins élevé dos à la route, par rapport à un siège auto installé face à la route.

2- Respecter le poids et l’âge de l’enfant

On regroupe souvent tous les dispositifs de retenue sous le terme générique de « siège auto ». La norme européenne distingue en réalité 5 groupes, correspondant à la croissance de l’enfant. Un siège auto évolutif peut être homologué pour plusieurs groupes.

  • Groupe 0 : de la naissance à 10kg. Siège coque, type Cosy, fixé dos à la route. Ce dispositif apporte une protection maximale au bébé. Les plus petits peuvent être installés dans une nacelle fixée sur la banquette arrière, mais ce dispositif est moins sécurisé. Il est d’ailleurs interdit dans certains pays d’Europe.
  • Groupe 0+ : de la naissance à 13 kg. Un siège auto bébé du groupe 0+ reprend les mêmes caractéristiques que le groupe précédent, mais permet d’aller jusqu’aux 13 kg de l’enfant. Il s’agit de coques qui permettent de transporter un bébé dos à la route en position semi-allongée.
  • Groupe 1 : de 9 à 18 kg. Un siège auto groupe 1 peut être utilisé quand l’enfant se tient bien assis. Il existe deux types de sièges auto : à harnais ou avec tablette de protection (bouclier).
  • Groupe 2 : de 15 à 25 kg. On trouve dans ce groupe des sièges auto dos à la route et des rehausseurs avec dossier. Il est important de trouver un siège évolutif, car il va servir pendant plusieurs années, au cours desquelles la morphologie de l’enfant évoluera beaucoup (dossier réglable, inclinaison de l’assise…)
  • Groupe 3 : de 22 à 36 kg. Selon la taille et la corpulence de l’enfant, on peut utiliser un rehausseur avec ou sans dossier. Le siège auto est obligatoire jusqu’aux 10 ans de l’enfant.
Bébé installé dans son siège auto, en voiture

3- Prendre en compte la fixation Isofix

La majorité des voitures en circulation sont aujourd’hui compatibles avec le système de fixation Isofix. Il s’agit d’une norme ISO d’ancrage des sièges auto enfant à l’arrière du véhicule. Concrètement, on attache une base Isofix sur le siège, grâce aux points d’ancrage situés sur la banquette arrière de la voiture. Le siège auto vient ensuite se clipser sur cette base. Ce système offre généralement la possibilité d’avoir un siège auto pivotant : très pratique pour installer un bébé sans se faire mal au dos !

La plupart des sièges Isofix peuvent être fixés à l’aide d’une ceinture de sécurité, sans la base : une option intéressante pour une seconde voiture, ou un véhicule plus ancien.

Les sièges auto bébé Isofix apportent une plus grande sécurité : la fixation limite les risques de ne pas installer le siège auto correctement et simplifie l’installation de la coque (à condition de laisser la base Isofix en place !) De plus, un siège Isofix est plus stable en cas de choc. Au quotidien, il n’y a aucun risque d’inclinaison ou de glissade dans les virages avec un siège auto Isofix.

4- Vérifier l’homologation du siège auto enfant (et se renseigner sur le modèle)

Vérifiez que le modèle de siège auto enfant que vous avez sélectionné répond aux normes les plus récentes. Votre siège auto doit être homologué selon la norme R129, aussi appelée i-Size (qui remplace la norme R44).

Le siège auto enfant doit présenter une étiquette réglementaire indiquant :

  • la tranche de taille / poids de l’enfant
  • la lettre E, qui signifie que l’homologation répond à la norme européenne. Elle est suivie du numéro du pays ayant demandé l’homologation (pour la France, il s’agit du numéro 2)
  • le numéro d’homologation. Un siège auto évolutif portera plusieurs numéros d’homologation.

N’hésitez pas à vous renseigner sur le modèle de siège auto enfant que vous souhaitez acheter : tests indépendants, retours d’expérience… Ces indications peuvent faire la différence !

5- Éviter les modèles d’occasion

D’une manière générale, acheter un siège auto d’occasion est fortement déconseillé. Les apparences sont parfois trompeuses, et un siège auto enfant peut avoir été accidenté sans que vous le sachiez.

Des micro-fissures peuvent avoir endommagé la structure, qui ne supportera pas un autre choc ! Les sangles, la boucle du harnais peuvent aussi se montrer moins résistantes : un risque qui peut avoir de grandes conséquences.

Les sièges autos ne doivent pas être utilisés plus de 10 ans car l’usure des matériaux altère leur résistance.

Enfin, les normes évoluent régulièrement. Il est d’ailleurs interdit de vendre un siège auto ne respectant pas la norme en vigueur !

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email