Eurotyre se conjugue au féminin !

8 mars 2022

Aujourd’hui, 8 mars, c’est la Journée internationale des droits des femmes ! Loin des clichés qui associent le monde de la voiture et de la mécanique aux hommes, notre réseau compte 15 % d’effectif féminin. Les femmes #Eurotyre sont gérantes, chargées d’accueil et même mécaniciennes…

Elles mettent leur savoir-faire et leur passion au service de la clientèle et contribuent à la force de notre réseau.

Rencontre avec Sandrine Chouakria, gérante du Centre Eurotyre Vauzelles Pneus à Varennes Vauzelles. Notre experte a joué le jeu et a répondu à nos questions…

Sandrine, gérante du Centre Eurotyre Vauzelles Pneus à Varennes Vauzelles

Quel est votre poste au sein du centre Eurotyre Vauzelles Pneus ?

Je suis dirigeante du centre Eurotyre Vauzelles Pneus. Je me charge d’un peu de tout, je suis à l’accueil, je m’occupe de faire de la comptabilité, de répondre aux devis, je gère tout ce qui est administratif. Je suis assez polyvalente ! En fait, je touche à tout sauf à la pose des pneus (rires).

Depuis combien de temps travaillez-vous au sein de la structure ?

Nous travaillons, mon mari et moi, au sein de la structure depuis 2007. En fait, nous avons racheté le centre en 2007, et depuis nous sommes toujours là !

Aujourd’hui, c’est la Journée des droits des femmes ! L’industrie du monde automobile est réputée pour être un domaine qui n’attire pas vraiment les femmes. Comment êtes-vous arrivée dans l’univers auto ? Était-ce une passion ou une opportunité ?

C’est plutôt notre parcours et notre chemin professionnel qui nous a menés jusqu’ici, mon mari et moi. Avant, nous avons géré une station essence pendant 15 ans. À la suite de cette expérience, nous avons souhaité continuer à travailler ensemble et dans ce domaine, qui est dans la continuité de notre domaine professionnel.

Vue extérieure du centre Eurotyre Vauzelles Pneus à Varennes Vauzelles

Qu’est-ce qui vous a donné envie de rejoindre le réseau Eurotyre ?

Nous sommes arrivés chez Eurotyre un peu par hasard, après avoir trouvé une annonce de vente du fonds. L’ancien dirigeant était lui-même un adhérent Eurotyre. On a poursuivi l’activité et on est restés sur la même lignée.

Quels sont les challenges qui vous passionnent et vous animent au quotidien ?

Au quotidien, plusieurs challenges me motivent. Conserver et fidéliser les clients, c’est quelque chose de capital, mais finalement, chaque jour est un nouveau défi ! Notre but est de toujours faire mieux chaque jour, toujours dans le respect des clients.

En tant que femme, sentez-vous des différences dans votre façon d’aborder votre métier, par rapport à vos « salariés » ou « homologues » hommes ?

Parfois cela arrive, mais seulement de la part de certains clients assez machistes (rires) ! En fait, à partir du moment où on connaît le sujet, qu’on le maîtrise, on est tout autant convaincante que les hommes dans le domaine. Il existe encore un petit pourcentage d’hommes qui pensent que la place de la femme est derrière une casserole et pas un comptoir d’un centre de pneumatiques. Mais beaucoup font autant confiance à une femme qu’à un homme !

En tant que femme, quel a été votre plus gros défi au cours de votre parcours professionnel ?

Mon plus gros défi, c’est ma première expérience ! Lorsqu’avec mon mari nous avons géré la station service. J’avais seulement 20 ans, et j’étais la plus jeune gérante de France ! Maintenant, chaque jour est un nouveau défi car mon mari est en maladie actuellement. Je dois essayer de poursuivre ce que nous avons construit à deux car je lui dois mon parcours professionnel : sans lui à mes côtés je n’aurais jamais osé me lancer dans le gestion d’une entreprise à tout juste 20 ans.

Enfin, que diriez-vous aux femmes pour les convaincre de tenter leur chance dans le monde de l’automobile ?

Les femmes sont autant capables que les hommes : tout s’apprend. Il faut juste de la motivation ! Je suis la seule femme à travailler au milieu de 3 ou 4 hommes (en fonction des stagiaires) et tout se passe bien. En parallèle, il existe des hommes qui arrivent à percer dans des domaines plus féminins comme la beauté par exemple. D’ailleurs, cette semaine, nous avons reçu une stagiaire pendant une semaine, elle a souhaité le faire dans le service mécanique car c’est ce qu’elle souhaite faire plus tard, la relève est donc assurée ! 

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email